Annulation de la veillée de prière au temple protestant

La veillée de prière commune à tous les chrétiens, qui devait se dérouler le mercredi 19 janvier au temple protestant, est annulée en raison de la pandémie. Que cela ne nous empêche pas de prière pour l’unité de l’Église.

Jésus qui, à la veille de mourir pour nous, as prié pour que tous tes disciples soient parfaitement un, comme toi en ton Père, et ton Père en toi, fais-nous ressentir douloureusement l’infidélité de notre désunion.

Donne-nous la loyauté de reconnaître et le courage de rejeter ce qui se cache en nous d’indifférence, de méfiance, et même d’hostilité mutuelle.

Accorde-nous de nous rencontrer tous en toi, afin que, de nos âmes et de nos lèvres, monte incessamment ta prière pour l’unité des chrétiens, telle que tu la veux, par les moyens que tu veux.

En toi, qui es la charité parfaite, fais-nous trouver la voie qui conduit à l’unité, dans l’obéissance à ton amour et à ta vérité.

Annulation de la veillée de prière au temple protestant2022-01-18T10:53:26+01:00

Soirée paroissiale suite au rapport « Sauvé »

Mercredi dernier, à l’initiative du conseil pastoral de la paroisse Lorient-Centre, une cinquantaine de fidèles se sont retrouvés au cercle St Louis pour aborder ensemble pendant 1h30 le douloureux sujet des abus sexuels sur mineur au sein de l’Église. Le rapport de la CIASE a été restitué dans ses grandes lignes par deux jeunes paroissiens, que nous remercions pour le sérieux de leur travail. Par la suite un point a été fait sur les mesures qui sont prises dans notre diocèse. La soirée s’est achevée par une réflexion sur la manière dont nous pouvons progresser localement, à l’échelle d’une paroisse. Les propositions des uns et des autres vont maintenant être abordées au conseil pastoral. Une petite synthèse sera aussi disponible pour ceux qui voudraient se ressaisir du sujet dans leur paroisse. Pour le reste nous sommes tous encouragés à participer d’ici janvier à la consultation qui doit préparer le prochain synode sur la gouvernance de l’Église. N’hésitez pas à contacter votre curé.

Soirée paroissiale suite au rapport « Sauvé »2022-01-18T10:40:09+01:00

PÈRE JEAN-REYNOLD BONHOMME : UN NOUVEAU PRÊTRE !

C’est une grande joie pour notre Diocèse.

Jean-Reynold Bonhomme a été ordonné prêtre ce dimanche 18 octobre au Centre Missionnaire Saint-Jacques, à Guiclan, en même temps que quatre autres membres de la Société missionnaire des Prêtres de Saint-Jacques, tous originaires d’Haïti. Présidée par l’archevêque de l’archidiocèse de Marseille, Mgr Aveline, la célébration a été diffusée en direct sur YouTubeDans son homéliel’archevêque a souligné les « voies étonnantes » de la Providence qui continue de guider la mission de l’Église, alors que ce même dimanche était célébrée la journée missionnaire mondiale.

« Cette ordination est l’occasion de rendre grâce à Dieu pour ces nouveaux ouvriers qu’Il envoie à sa moisson. Comment ne pas faire mémoire en ce lieu, alors même que nous célébrons la journée missionnaire mondiale de ce fameux 10 juin 1864 lorsque débarquait à Port au Prince Mgr Martial TESTARD du COSQUER et que commençait ainsi la grande aventure missionnaire dont vous, prêtres de Saint Jacques, êtes les héritiers.
Comme les voies de la Providence sont étonnantes ! Allant d’abord de France vers Haïti puis d’Haïti vers le Brésil et finalement de nouveau vers la France, au gré des besoins de la mission de l’Église.
Et comme à chaque étape, à chaque déplacement, il importe d’exprimer une immense reconnaissance à ceux qui pour répondre à l’appel du Seigneur, les envoyant travailler à la moisson, acceptent de quitter leur pays, leurs familles leurs amis, leur milieu naturel de culture et de vie.
La pandémie que nous subissons actuellement vous prive chers amis ordinands de la présence des vôtres ici même ce matin.
Croyez bien que nous ferons en tous cas de noter mieux pour que l’ombre de cette absence ne ternisse ni la lumière de noter joie, ni la claire expression de noter reconnaissance ».

 

PÈRE JEAN-REYNOLD BONHOMME : UN NOUVEAU PRÊTRE !2020-11-03T17:16:05+01:00

Vivre le Temps Pascal en vidéos

Nous nous faisons le relais de cette proposition de vivre cette période pascale à travers ces vidéos proposées par les services du catéchuménat des diocèses de l’Ouest. Vous pourrez les découvrir en cliquant sur cette image.

Il est ressuscité ! Alléluia !

Il est vraiment ressuscité ! Alléluia !

Vivre le Temps Pascal en vidéos2020-04-28T16:50:59+02:00

Pénurie de masques : rendons-nous utiles !

Et si nous fabriquions des masques en tissu pour aider à la protection des personnes ?

Depuis quelques jours, chacun est confiné à son domicile, ne sortant que très occasionnellement pour les besoins élémentaires.

Pour autant, ce temps de confinement permet de vivre la fraternité et la solidarité : téléphoner à des personnes isolées, aider pour des courses, etc…
Mais aussi, chacun peut se rendre utile pour aider à faire face au manque de masques de protection. Certains masques spécifiques (ffp2) sont nécessaires au personnel soignant et c’est à lui qu’ils seront réservés. Mais il est aussi possible de fabriquer des masques en tissu qui pourront servir à votre protection, cette de vos voisins… Ils ne protègeront pas de tout, mais ils permettront d’éviter de porter les mains au visage et auront l’avantage d’être lavables, donc réutilisables.

Télécharger le tutoriel pour faire un masque

Pénurie de masques : rendons-nous utiles !2020-04-24T17:01:41+02:00

Epidémie, Confinement… Echange avec Monseigneur Centène

Depuis plusieurs semaines, les offices publics sont interdits. Les chrétiens ne peuvent plus se retrouver pour célébrer ensemble le dimanche. Il en est de même pour la Semaine Sainte et le temps de Pâques. Comment les catholiques vivent-ils cela ?

Au début ça a été difficile, les gens ne comprenaient pas que l’exercice public du culte soit devenu impossible, d’autant que le carême est une période où il y a davantage de cérémonies et de réunions à caractère caritatif. Par la suite, au fur et à mesure que la gravité de l’épidémie est devenue plus évidente pour chacun, ils ont compris que la restriction des libertés de se réunir et le confinement étaient nécessaires pour le bien commun. C’est une notion très importante pour les chrétiens et nous nous sommes appliqués à le leur faire comprendre avec pédagogie. Par ailleurs, la messe a été célébrée chaque jour sur RCF-Sud-Bretagne et cette semaine, nous avons même proposé aux chrétiens de vivre une retraite sur les ondes. Les retours que j’ai eus montrent que le carême a été vécu de façon plus dépouillée mais sans doute plus profonde.

En ce temps de confinement, comment les catholiques peuvent-ils vivre le sacrement de réconciliation ?

Les prêtres peuvent toujours confesser les fidèles, dans un lieu non confiné, église ou sacristie, en gardant les mesures de distance et de sécurité qui s’imposent. Ceux qui ne pourraient pas se confesser peuvent faire un acte de contrition parfaite et remettre leur confession pascale à plus tard. Le Saint-Siège a par ailleurs estimé que les conditions étaient réunies pour que les personnes atteintes du covid-19 et regroupées dans un même lieu puissent, exceptionnellement, recevoir une absolution collective.

D’un point de vue plus général, comment l’Eglise peut-elle aider ?
Je dirais que l’apport de l’Eglise est multiple et que l’aide qu’elle peut dispenser se déploie sur plusieurs terrains. D’une part, la foi qu’elle prêche ouvre des horizons qui atteignent aux dimensions de l’éternité. Celui qui croit en la vie éternelle ne peut désespérer d’aucune situation temporelle pour aussi terrible qu’elle soit. Aucun confinement ne ferme la porte à l’Espérance. D’autre part, son message est structurant pour la personnalité. Le croyant doit pouvoir supporter la solitude qui lui permet d’approfondir sa vie intérieure tout comme il doit être capable de s’ouvrir aux autres, à son prochain, dans un élan de fraternité. Enfin, les réseaux que constituent les paroisses et les mouvements deviennent en temps de crise les lieux naturels de l’exercice de la solidarité. Dès la semaine dernière, le diocèse de Vannes a mis en place un numéro vert (0805 38 42 42) auquel tout un chacun peut s’adresser, non seulement pour une aide spirituelle ou pour briser la solitude, mais aussi pour un secours matériel, une aide pour faire les courses etc… Les personnes qui appellent sont mises en contact avec un bénévole de leur paroisse ou de leur doyenné pour pouvoir tisser des liens de proximité. Les jeunes de l’aumônerie des étudiants (MEMO) accueillent des enfants de soignants aux horaires et jours où les garderies des écoles ne peuvent les accueillir. Chaque paroisse s’applique à développer des liens communautaires de solidarité. La Diaconie diocésaine est à l’œuvre. La Conférence des évêques de France a mis aussi en place un numéro vert (0806 700 772) à partir duquel les personnes peuvent être réorientées vers les structures diocésaines.

L’attention et la visite aux malades est une part importante de la mission des prêtres et de certains laïcs : comment cela se passe-t-il en ce moment ?

Les aumôneries des hôpitaux continuent à jouer pleinement leur rôle. Pour ce qui est des équipes d’aumônerie d’EHPAD, c’est plus difficile car le confinement à l’intérieur de ces structures se doit d’être particulièrement rigoureux dans le but de protéger une population fragile et exposée aux complications au cas où elle contracterait le covid-19. Les prêtres restent en contact avec les personnes malades de leurs paroisses par téléphone. Si une visite est nécessaire, ils prennent toutes les précautions de prudence qui s’imposent en cette période d’épidémie.

Comment se portent les prêtres du diocèse ? On sait qu’en Italie beaucoup ont hélas été touchés par la maladie.

Pour le moment, un seul prêtre du diocèse de Vannes a été affecté par le covid-19. Il a dû être hospitalisé et après plusieurs semaines de soins, il semble maintenant rétabli et a pu quitter le milieu hospitalier. Dans la maison de retraite du clergé, les prêtres résidents ont été confinés et jusqu’à présent aucun cas n’a été diagnostiqué.

On entend beaucoup dire que la crise actuelle devrait entraîner, lorsqu’elle sera dépassée, des changements importants pour la société, sur des aspects essentiels. Qu’en pensez-vous ?

Il est évident que cette crise majeure laissera des traces durables. Le confinement de la moitié de l’humanité est un événement inédit dont les conséquences, psychologiques autant qu’économiques, sont encore à venir et insoupçonnées. Les hommes avaient fini par croire aux bienfaits d’un progrès sans limites. Ils se croyaient vainqueurs des maladies et pensaient pouvoir repousser indéfiniment les frontières de la mort. Le consumérisme et le matérialisme avaient étouffé tout questionnement métaphysique. A la faveur de cette pandémie l’homme fait l’expérience de sa vulnérabilité foncière. Face à la mondialisation des relations et à la globalisation de l’économie, il refait l’expérience de la nécessité des solidarités de proximité, des valeurs familiales. La fraternité est remise en lumière là où l’individualisme libéral régnait en maître. Pour survivre l’humanité doit faire front commun : être solidaire. On renonce à la démesure pour construire un monde à l’échelle de l’homme qui s’est redécouvert petit et fragile. Je pense que tout cela ouvrira nécessairement des perspectives civilisationnelles nouvelles.

Quel message d’espérance peut-on porter ?

Le temps que nous vivons appartient à ceux au travers desquels s’écrit l’Histoire du Salut. Les chrétiens, en cette semaine sainte, s’apprêtent à revivre le mystère pascal, c’est-à-dire le mystère de la grande victoire de la Vie sur les forces de la mort. C’est dans cette réalité que s’inscrit notre espérance.

Propos recueillis sur la base d’une interview accordée au Journal Le Telegramme – le 4 avril 2020.

Epidémie, Confinement… Echange avec Monseigneur Centène2020-04-28T20:26:38+02:00

Coronavirus – Communiqué du 15 mars 2020 et complément

A la suite des dernières déclarations de Monsieur le Premier Ministre interdisant tout rassemblement et ordonnant la fermeture des lieux ouverts au public non indispensables à la vie du pays, l’évêque de Vannes prend les dispositions suivantes applicables pour tout le diocèse :

1. En matière liturgique :

a) Toutes les célébrations publiques sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Les mariages et les baptêmes seront reportés. En cas d’urgence, il sera procédé à l’ondoiement.
b) Les obsèques ne seront célébrées qu’en présence de la famille (moins de 25 personnes strictement séparées les unes des autres) (1). Si ces conditions ne peuvent être remplies, une simple prière au cimetière sera dite par le prêtre. On ne sollicitera ni équipe de funérailles, ni chorale, ni animateur de plus de 70 ans. Dans tous les cas, une messe de requiem pourra être célébrée ultérieurement.
c) Puisque Monsieur le Premier Ministre a demandé que les lieux de culte restent ouverts à l’instar des lieux indispensables à la vie du pays, nous veillerons à ce que toutes les églises paroissiales soient ouvertes pour faciliter la prière personnelle des fidèles. Il est bon, qu’à cette fin, l’église soit décorée et éclairée et que des cierges de dévotion soient disponibles. Selon l’opportunité, le Saint Sacrement sera exposé, un chapelet perpétuel ou la « laus perennis »(2) pourront être proposés en veillant à     ce que les fidèles se succèdent sans qu’à aucun moment ils soient constitués en groupe de telle sorte qu’en ces temps d’épreuve, la prière ne s’interrompe jamais.
d) La charité qui doit accompagner l’exercice de la charge pastorale requiert que les prêtres restent au milieu de leur peuple y assurant l’intercession propre à leur ministère. L’absence du peuple ne doit pas les empêcher de célébrer quotidiennement dans l’église à laquelle ils sont affectés. Ils n’iront pas célébrer de famille en famille pour éviter d’être par là des vecteurs de la transmission du virus.
e) Les prêtres sauront aussi se tenir à la disposition des fidèles qui souhaiteront faire leur confession pascale. Dans l’accomplissement de ce ministère, ils sauront garder les distances requises et respecter les « gestes barrière ».
f) Les prêtres qui seront appelés pour administrer le sacrement des malades ou le Saint Viatique sauront prendre les mesures sanitaires qui conviennent en ce temps d’épidémie. Ils n’enchaineront jamais plusieurs visites à la suite et veilleront à se laver soigneusement les mains avant et après chaque administration avec un gel hydroalcoolique.

2. En matière pastorale

a) Toute activité pastorale est suspendue.
b) Les presbytères, maisons et salles paroissiales, comme tout établissement recevant du public, sont fermés.
c) Toutes les réunions et tous les repas ecclésiastiques excédant le nombre des commensaux ordinaires de chaque presbytère est interdit.
d) De nouvelles instructions seront données pour l’organisation des fêtes pascales.
e) Pour que la prudence ne tue pas la charité, toutes les personnes de bonne volonté sont invitées à veiller sur ceux de leur entourage qui auraient à souffrir des conséquences de la situation actuelle. On pourra s’organiser en paroisse pour vivre la diaconie en veillant à ce que personne ne manque de rien (courses, médicaments, nouvelles par téléphone, alerte en cas de situation de détresse).

Si nous les vivons dans un esprit surnaturel, les temps d’épreuve et le dépouillement qu’ils entrainent sont toujours une occasion de conversion, de relecture, de retour à l’essentiel. Que ceux que nous traversons, ensemble, aujourd’hui, nous permettent d’approfondir toujours davantage notre foi et notre intériorité. Qu’ils nous permettent aussi d’élargir le champ de notre charité fraternelle pour que nos communautés, renouvelées et purifiées par les épreuves, soient désormais bâties sur le Roc.

(1) Le maître de cérémonie de l’entreprise de pompes funèbres compétente s’assurera du respect de cette consigne.
(2) Récitation continue et intégrale du psautier dans laquelle les participants peuvent se relayer.

+ Raymond CENTENE
Evêque de Vannes

COMPLÉMENT AU COMMUNIQUÉ DU 15 MARS 2020

Vannes, le 17 mars 2020

Après la déclaration du Président de la République hier soir et la consigne de rester chez soi annoncée pour au moins 15 jours et après avis de la conférence des évêques de France, voici quelques mesures qui viennent préciser le dernier communiqué :

  1. Les églises peuvent rester ouvertes, avec moins de 20 personnes en prière individuelle et à distance les unes des autres. Si cette précaution ne peut pas être respectée dans tel ou tel lieu, on préfèrera fermer l’église. Cette décision se prendra sous la responsabilité du curé ou recteur.
  2. Si vous jugez possible qu’une messe soit célébrée pour des communautés religieuses bien déterminées, il faut absolument que ce soit sans aucune personne étrangère à la communauté ; que le prêtre reste à distance des Frères ou des Sœurs. Il serait sage que la communion soit distribuée par un membre de cette même communauté.
  3. Pour ce qui concerne les obsèques, elles peuvent pour le moment être célébrées dans les églises en présence de la seule famille proche. L’assemblée devra être inférieure à 20 personnes et celles-ci devront se répartir dans l’ensemble de l’église. Si cette dernière condition ne peut être respectée, on choisira un temps de prière au cimetière avec la famille.  S’il y a Eucharistie, il est préférable de ne pas distribuer la communion aux fidèles. Seul celui qui préside bénit le corps avec l’eau bénite ; les autres s’approchent en respectant les distances exigées et s’inclinent sans toucher le cercueil en faisant le signe de croix sur eux-mêmes.
  4. Il est nécessaire que seuls les prêtres et les diacres président les obsèques.  Pour le moment, les laïcs ne guideront pas les funérailles ni n’aideront à la préparation et à l’animation de la célébration afin de les protéger, eux et leurs proches.
  5. Pour les mêmes raisons, les laïcs ne sont pas autorisés à porter la communion à domicile.
  6. Les confessions doivent se faire dans des lieux qui permettent plus d’un mètre de distance et de ne pas se tenir face à face.
  7. La visite aux personnes âgées et aux familles en deuil peut se faire, mais sans contact, en gardant une bonne distance. Par exemple, si c’est possible, on pourra dialoguer par la fenêtre.
  8. Le canon 1000, § 2 prévoit que, dans la célébration du sacrement des malades, l’onction d’huile puisse être faite non avec la main mais avec un instrument afin d’éviter tout contact. On pourra utiliser un coton tige que l’on imbibera une seule fois pour le front et les mains.
  9. Pour tout déplacement lié aux activités du ministère, le prêtre ou le diacre doit se munir de la déclaration nécessaire « attestation de déplacement dérogatoire ».
  10. Pour permettre l’ouverture et la fermeture des églises, le curé pourra fournir à un laïc une « attestation de déplacement dérogatoire » en cochant uniquement la première case en précisant l’adresse de l’église concernée.

Télécharger attestation de déplacement dérogatoire

Coronavirus – Communiqué du 15 mars 2020 et complément2020-04-24T16:35:28+02:00
Aller en haut